La question de l’esthétique, de la perception de ce qui est beau, est depuis longtemps investiguée par les chercheurs en sciences humaines. Les psychologues tentent encore aujourd’hui de déterminer quelles sont les caractéristiques des objets qui font que nous les percevons comme beau.

Une femme robot en train de peintre un tableau

De gustibus et coloribus non disputandum

Depuis le Moyen Âge, on dit que “Des goûts et des couleurs, on ne discute pas”. L’idée assez répandue dans la population consiste à dire que l’esthétique, c’est subjectif, que c’est une question de goûts. Le jugement esthétique ne serait pas la conséquence de processus rationnels, compréhensibles. Il n’y a donc pas de raison d’en débattre. Mais les sciences humaines, de la perception et de la psyché humaine, particulièrement la psychologie, confirment-elles ce proverbe ancien ? La réponse courte est “Oui et non”, mais cela ne nous avance pas vraiment. Rentrons un peu plus dans le détail des dernières avancées en psychologie de la perception esthétique pour tenter d’éclaircir le mystère.

La perception humaine

La question du jugement de l’esthétique fait appel à nos connaissances sur la perception humaine. On pourrait parler dans le langage commun de perception, mais ce terme revêt une définition particulière dans la psychologie, notamment cognitiviste et les neurosciences. Dans ces domaines, la perception correspond aux processus de recueil et traitement des informations qui nous environnent, captées par nos sens, mais sur lesquels nous n’avons pas de contrôle (volontaire et direct). Cette information qui provient de nos sens (comme la longueur d’onde d’une couleur par exemple) est très rapidement “traduite” par notre cerveau et interprétée (en “vert”, ou “bleu” par exemple). Mais dans le processus de traduction, tout n’est pas exactement retranscrit tel quel. Les erreurs de cette “traduction” se manifestent très bien dans les illusions d’optiques.

illusion optique entre des triangles et des ronds
Illusion d’optique – Motif de Kanizsa

Dans cette illusion d’optique (appelée “Motif de Kanizsa”), il est extrêmement difficile de ne pas percevoir le triangle blanc formé avec les trois cercles, qu’il semble recouvrir. Alors qu’en scrutant l’image analytiquement, il est évident qu’il n’y a pas de triangle blanc dessiné.

Cette perception est partagée par les être humains, indépendamment de leurs croyances, cultures, subjectivité, genre, etc. Autrement dit, ce que nous percevons n’est qu’une image inexacte du réel, et nous partageons entre humains certaines de ces inexactitudes. La brique élémentaire du jugement esthétique, qui est la perception, est donc déjà largement commune.

robe rayée
La fameuse robe bleue/noire ou or/blanche

Pourtant, chaque perception est aussi subjective. La très célèbre robe que certains voient “blanche et or” tandis que d’autres la voient “bleue et noire” est un bon exemple de différences de perceptions entre les individus, qui a même conduit à une étude scientifique.

La perception humaine du Beau

Plus exactement, ce n’est pas de la perception dont il est uniquement question, mais du jugement de l’esthétique : est-ce que l’on juge que cet objet est beau, ou pas ? Comment se construit notre préférence esthétique ? L’étude de l’esthétique et de ses déterminants est communément considérée comme la deuxième plus ancienne discipline en psychologie expérimentale (Graf & Landwehr, 2015). Aujourd’hui, un des principaux paradigmes de la préférence esthétique est le cadre proposé par Reber, Schwarz, & Winkielmand (2004). Ces auteurs postulent que notre préférence esthétique serait la conséquence de la facilité que l’on a pour traiter un stimulus. Chaque stimulus possède des propriétés particulières, qui vont augmenter ou réduire la facilité qu’auront les gens à traiter ces propriétés, ces informations. C’est ce qu’on appelle la fluence perceptive, la facilité avec laquelle sont perçus des items. Autrement dit, quand on arrive à traiter et reconnaître facilement un stimulus, la sensation de facilité nous procure un sentiment de plaisir, très furtif, et c’est cela qui nous fait penser que le stimulus est beau. C’est ce mécanisme qui explique aussi l’effet de simple exposition (Zajonc, 1968) qui stipule que l’exposition répétée d’un stimulus augmente la facilité à traiter ce stimulus (qui devient plus familier) et augmente donc le sentiment positif associé. 

Cependant, d’autres chercheurs font un constat tout à fait différent. La préférence esthétique ne serait pas simplement le résultat du traitement passif d’un stimulus, mais plutôt le résultat d’élaborations actives faites par l’individu. Par exemple, il a été démontré que le traitement actif déclenché par l’obligation pour les participants d’évaluer des stimuli sur plusieurs dimensions affecte l’appréciation de l’habitacle ou l’extérieur de voitures. Les recherches ont montré une préférence des participants pour les designs nouveaux/innovants, et atypiques (Carbon & Leder, 2005; Landwehr et al., 2013; dans Graf & Landwehr, 2015). D’autres études ont montré qu’on pouvait améliorer l’appréciation d’images en leur donnant un titre ou une description, impliquant donc de l’élaboration active (Leder, Carbon, & Ripsas, 2006; Millis, 2001; Belke, Leder, & Augustin, 2006; Russell, 2003; dans Graf & Landwehr, 2015). Autrement dit, ces travaux montrent que des stimuli plus complexes (donc moins fluents) peuvent être plus appréciés, ce qui est contradictoire avec les travaux précédemment décrits.

En résumé…

Il semblerait que le goût esthétique soit le produit de deux processus distincts qui diffèrent fondamentalement dans la façon dont le percepteur s’engage dans le traitement du stimulus. Plus précisément, le goût esthétique découlant du premier processus est basé sur la fluence de traitement, passive, qui écarte une élaboration plus approfondie. Pour le second processus, le goût esthétique peut naître de l’interaction entre la fluence de traitement et l’élaboration active plus approfondie (Graf & Landwehr, 2015). 

De manière pragmatique, il est à ce stade impossible de savoir, par exemple, s’il faut privilégier un design simple ou complexe. La simplicité sera perçue comme belle si c’est le premier processus qui entre en jeu, mais pas si c’est le second. Inversement, la complexité visuelle d’un design ne sera pas trouvée belle si c’est le premier processus qui entre en jeu, tandis qu’elle sera appréciée si c’est le second processus.

Heureusement, une théorie, et ses premiers résultats scientifiques, répond efficacement à cette problématique. Nous le verrons dans un prochain article. Nous aborderons notamment un puissant paradigme apparu dans les sciences cognitives, à savoir la théorie du “dual process”, plus connue grâce à Daniel Kahneman, psychologue et économiste, lauréat du prix Nobel d’économie en 2002, qui a vulgarisé cette théorie dans son best seller “Thinking, Fast and Slow”.


Références : 

  • Graf, L. K. M., & Landwehr, J. R. (2015). A Dual-Process Perspective on Fluency- Based Aesthetics : The Pleasure-Interest Model of Aesthetic Liking. Personality and Social Psychology Review, 19(4), 395–410. https://doi.org/10.1177/1088868315574978
  • Reber, R., Schwarz, N., & Winkielman, P. (2004). Processing Fluency and Aesthetic Pleasure: Is Beauty in the Perceiver’s Processing Experience? Personality and Social Psychology Review, 8(4), 364–382. https://doi.org/10.1207/s15327957pspr0804_3
  • Schlaffke, L., Klass, A., Haag, L.M., Lenz, M., Borowy, S., Lissek, S., Schmidt-Wilcke, T., Eysel, U., & Tegenthoff, M. (2015). The Brain’s Dress Code: How The Dress allows to decode the neuronal pathway of an optical illusion. Cortex, 73, 271-275. https://doi.org/10.1016/j.cortex.2015.08.017
  • Zajonc, R. (1968), Attitudinal Effects of Mere Exposure. Journal of Personality and Social Psychology Monographs, vol. 9 (2, Part 2), 1-27.