Comme à l’accoutumée, Apple a lancé sa WWDC 2018 avec une keynote pour annoncer les nouveautés de ses différents OS. Sans trop vous spoiler, ça n’est pas cette année qu’aura lieu une nouvelle révolution comme celle connue lors du passage à iOS 7.
  
iOS 12 vise dans un premier temps à améliorer la performance sur tous les appareils pour lequel il est compatible (c’est à dire tous les appareils iOS depuis 2013 = iPhone 5S), une bonne chose donc.
Différentes features sont ajoutées et un focus particulier est fait sur la réalité augmentée et ARKit 2 qui promet des sessions partagées entre plusieurs utilisateurs démontrées lors d’une longue partie sur un jeu LEGO. Sur les autres tableaux, la reconnaissance faciale ainsi que les capacités de rendus sont améliorées.
Siri, l’assistant vocal d’Apple, n’est pas oublié et l’app « Shortcut » qui fait sa première apparition permettra de créer des raccourcis intelligents pour lancer différentes tâches combinables (lancer la navigation vers une adresse, envoyer son heure d’arrivée estimée à un contact, lancer une playlist, etc.).
 
 
Question productivité, des apps historiques connaissent également une mise à jour (Apple News, iBooks devient Apple Books, et Voice Memo (le Dictaphone chez nous) gagnent en fonctionnalité ou ont une ergonomie revue.
Là où Apple était attendu après les récentes annonces de son grand rival lors de la Google IO 2018, c’était au niveau du management du temps passé des utilisateurs sur leurs appareils. On pourra donc dans un futur proche contrôler le temps passé par (groupe d’) application, restreindre une durée d’utilisation et/ou être notifié des abus éventuels.
 
 
Apple passe un long moment à nous montrer les nouveautés d’Animoji (dont le mapping facial est toujours aussi bluffant en situation), et introduit les « Memoji », avatars personnalisables et utilisables dans n’importe quelle conversation, même lors d’un FaceTime. FaceTime qui gagne d’ailleurs en fonctionnalité sous iOS 12 puisqu’il sera désormais possible de faire des conversations jusqu’a 32 et de tous arborer son Memoji en lieu et place de notre tête (bon courage).

watchOS 5 est annoncé. Il sera possible de défier ses amis sur des activités sportives (et d’être notifié de la progression des différents challenges en cours). « Walkie-Talkie » permettra aux porteurs d’Apple Watch de se parler en 1-to-1 directement depuis la liaison wifi des montres. Et pour finir les annonces intéressantes, WebKit fait une brève apparition pour démontrer la consultation des contenus web directement depuis son poignet.

 

Le volet AppleTV introduit la 4K HDR (10 bits, Dolby Vision), le Dolby Atmos, ainsi que de nombreuses nouvelles offres de bouquets de contenus (qui n’arriveront probablement jamais jusqu’en France).

 
 
Apple n’oublie pas macOS qui aura bien une nouvelle version cette année, baptisée « Mojave » et sur lequel Apple parie pour rapprocher les développeurs iOS du développement macOS. En effet, à la question « est-ce qu’Apple compte fusionner macOS et iOS ? », ce dernier rétorque qu’il n’en est pas question compte tenu des différences majeures qui existe entre les usages de ces deux plateformes. Cependant, les développeurs iOS pourront désormais compter sur l’apparition du bien connu framework UIKit pour développer en partie des applications macOS.
La protection de la vie privée étant à la mode avec les récentes exigences de la RGPD, Apple rappelle les possibilités offertes aux utilisateurs pour maitriser la communication de leurs données (notamment depuis Safari).
La vraie révolution pour les utilisateurs macOS se trouve dans le « dark mode » qui permet de foncer toute l’interface, et qui permettra de reposer nos yeux longuement exposés aux écrans (et ça s’applique sur Xcode).
Metal, le framework de rendu optimisé pour les processeurs graphiques des appareils d’Apple est mis à contribution dans la prochaine version de CoreML (ML = Machine Learning) pour améliorer de façon fulgurante la vitesse de traitement (pour des calculs passants de plusieurs dizaines d’heures à des dizaines de minutes). Non attendu mais réelle surprise lorsque l’on fait le bilan de cette keynote, CreateML permettra de créer des modèles de machine learning directement depuis les outils Apple. Reste à savoir qu’elle sera la réelle portabilité de ces modèles et quels types d’opération ils pourront réaliser. Un point que l’on surveillera à coup sûr.
 
 
Bien entendu, ce résumé ne peut être considéré comme exhaustif et le reste de la semaine de la WWDC sera probablement le moment le plus intéressant pour nous, développeurs d’applications, et on restera bien entendu à l’affût des nouveautés introduites dans les différentes API (dont une partie est déjà disponible ici http://codeworkshop.net/objc-diff/sdkdiffs/).